Sassenach !

Comme je l’avais annoncé dans un post récent, j’ai délaissé depuis quelques semaines mon challenge de lecture My favourite book of all time après être devenue totalement accro à un titre qu’une lectrice m’avait suggéré de lire : Outlander,  paru en Franceil y a quelques années sous le titre Le chardon et le tartan. Comme je le disais, il s’agit en l’occurrence d’une saga en quelques huit volumes faisant quasiment tous un minimum de 1000 pages, autant dire qu’il y a de quoi faire et que j’ai donc une bonne excuse pour remettre mon challenge de lecture à plus tard (si on me suggère des romans de quelques 10 000 pages au total, comment voulez-vous que je tienne le rythme).

Mais bon, comme je le disais également, ce livre m’a immédiatement captivée au point que je n’ai plus pu le quitter et que je suis devenue complètement accro à cette histoire, m’efforçant d’avoir toujours le tome suivant en stock afin de ne pas risquer de tomber en rade d’Outlander au beau milieu d’un dimanche après-midi, sans possibilité aucune de me procurer la suite (imaginez l’horreur).

Quand j’ai lu la quatrième de couverture, j’ai trouvé le pitch un peu con-con et j’ai mis quelques semaines à le lire, après l’avoir laissé traîner tout en haut de ma pile de livres sans jamais trouver le courage de m’y mettre. Et puis bam, j’ai commencé à le lire, j’ai accroché à fond et en moins de deux, je me suis mise à vouloir estampiller « Sassenach » et « Mo chridhe » dans toute la maison sous le regard consterné de mon mec (c’est du gaélique et je peux vous assurer que quand vous aurez lu ce livre, vous n’aurez jamais plus aucun autre souhait que celui d’entendre Jamie Fraser vous parler en gaélique jusqu’à la fin des temps).

Voilà donc le topo :

Nous sommes en 1945. Claire Randall, infirmière dans l’armée anglaise, a suivi son mari historien Frank jusqu’en Ecosse où celui-ci compte effectuer des recherches généalogiques. Interpellée par diverses coutumes locales liées à des rites ancestraux et druidiques sur des sites mégalithiques, elle se rend sur le site de Craigh Na Dun, afin d’observer de plus près le fameux cercle de menhirs  lié à ces mystérieuses pratiques. Croyant entendre des voix provenant du plus gros menhir, Claire s’en approche et s’évanouit avant de se  réveiller au même endroit, 200 ans plus tard.

Ouais je sais, dit comme ça, ça à l’air un peu cucul. Mais attendez.

A son réveil, Claire est cueillie par les dragons de sa Majesté et plus particulièrement par leur capitaine, John Randall, ancêtre de son mari Frank qui est loin d’être aussi gentleman que son descendant et qui entreprend aussi sec de la violer, histoire de lui souhaiter la bienvenue au XVIIIème siècle. Claire est sauvée de justesse par un Ecossais, membre d’un groupe de Highlanders appartenant au camp Mac Kenzie et mené par un certain Dougal. Comprenant peu à peu qu’elle vient de faire un bond dans le passé et craignant forcément pour la sécurité de ses miches, elle se fait passer pour Claire Beauchamp, une veuve anglaise d’origine française. Les Ecossais ne la croient évidemment pas (faudrait vraiment être con pour croire duper un guerrier en kilt aussi facilement que ça) et l’emmènent donc avec eux à Castle Leoch afin d’y décider de son sort. Evidemment, Claire fait le chemin sur le cheval du plus beau mec de la bande, Jamie Fraser, le seul type à avoir un sourire ultrabright et une peau de cul de bébé alors que tous les autres Highlanders sont moches et vérolés avec des chicots pourris, la chanceuse. A Castle Leoch, le chef de clan Colum Mac Kenzie la soupçonne d’être une espionne anglaise et décide de la mettre à l’épreuve afin d’en savoir plus. Dans le même temps, Claire se fait remarquer pour ses talents de guérisseuse et s’attire la sympathie des villageois, au point de devenir malgré elle otage des Mac Kenzie qui l’obligent à succéder à leur défunt guérisseur et à demeurer au château. Claire voit alors tous ses espoirs de retour en 1945 s’anéantir et cherche par tous les moyens une façon de rejoindre Craigh Na Dun pour y tenter un voyage retour à travers les menhirs.

La suite, je vous la fais courte.

Après des tas de mésaventures, Claire tombe entre les griffes de John »Black Jack » Randall, qui se révèle être, un dangereux pervers sadique adepte du viol et de la torture, et qui , la suspectant à son tour d’espionnage, estime avoir tout droit sur elle de par le fait qu’elle relève de la nation qu’il défend. Afin de la sortir de cette mauvaise passe et de la faire échapper à une mort certaine (ou pire), Dougal a l’idée de lui faire prendre la nationalité écossaise en la mariant à l’un de ses hommes. Et là encore, guess what, le cul bordé de nouilles, Claire se voit assigner le plus beau célibataire de la bande : Jamie Fraser (qui en plus est vierge, voyez comme c’est beau et romanesque).

Et bref, la suite, on la voit venir : bien que le mariage soit un mariage arrangé, contraint et forcé, Claire s’entiche rapidos du beau grand rouquin aux abdos en tablettes de chocolat, et en même temps, je vois pas trop comment elle pourrait faire autrement hein (moi, je tombe dans un menhir et je me retrouve dans le lit d’un Jamie Fraser en 1745, jamais je reviens auprès de mon vieux punk rocker) (sorry chéri, personne ne fait le poids devant un beau guerrier écossais qui dit des mots d’amour en gaélique pendant l’orgasme). Ils tombent tous les deux fous amoureux l’un de l’autre (genre) et leurs aventures se poursuivent ainsi durant quelques centaines de pages, des pages où il est bien entendu question de guerres de clans, de guerriers Highlanders qui n’ont peur de rien, de règlements de compte, d’attaques de loups, de sorcellerie et d’une façon générale, de tout un tas de trucs cool et palpitants, je vous assure. Evidemment, tout au long du récit, Claire ne cesse d’être tiraillée entre son amour pour Jamie et sa loyauté envers son premier mari, Frank, et continue de se flageller en se demandant s’il lui vaudrait mieux tenter de rejoindre son époque ou au contraire, rester en 1745 et vivre pleinement son grand amour avec son beau guerrier des Highlands (mais connasse, reste donc en 1745 et tant pis pour l’eau chaude et l’électricité).

Sans déconner, c’est pas facile de convaincre qui que ce soit de lire cette saga car en relisant le picth, je me rends compte moi-même que ça a l’air un peu naze et surtout, très tiré par les cheveux (genre elle tombe dans le menhir, fait un bon de 200 ans en arrière et bim, le hasard comme par hasard, tombe aussitôt sur l’ancêtre de son mari qui en plus de cela, est son sosie parfait). Mais malgré ça, malgré ces quelques points un peu too much, je vous assure que ça marche, je vous garantis que le récit est captivant à souhait et que Diana Gabaldon a l’art de tenir ses lecteurs en haleine avec des aventures pleines de rebondissements. Et évidemment, l’amour fou de Claire et Jamie réveille nos petits coeurs de midinettes et on finit par se ficher pas mal des scènes érotiques et de leur petit côté Harlequin tant on est pris par la peur qu’il n’arrive quelque chose à Jamie ou que Claire ne  décide de retourner auprès de son mari chiant qui porte des slips sous ses vêtements, lui.

Bref, lisez-le. Ca va vous prendre un bail, certes, mais ça en vaut sacrément la peine. Moi, je viens de finir le 4 et là, je m’oblige à faire une petite pause et à me détourner un moment d’Outlander avant d’attaquer la suite car j’en suis arrivée au stade où j’achète des silhouettes Jamie Fraser en carton et où je fantasme sur les types en kilt. Du coup, il est préférable que je m’impose un certain manque avant que cette affaire n’aille trop loin (ça s’est quand même terminé sur « Et si je me faisais tatouer un chardon avec écrit Mo Chridhe ? Cool ou pas cool ? »).

Et pour fêter mon nouveau statut de fan girl de la saga Outlander, une fois n’est pas coutume, je vous propose de gagner un petit cadeau. Et pas des moindres puisqu’il s’agit d’un cadeau Jamie Fraser, ouais je sais, ne dites rien, moi aussi j’ai envie de faire l’amour avec ce type tout le temps.

Le cadeau est offert par Amy Janet de la marque « Amy Janet’s bookmark ». Elle est passionnée de lecture et  créatrice de marques pages artisanaux et pour reprendre ses mots, il y a tant de livres qu’elle aime qu’elle rêverait de pouvoir réaliser un marque page spécifique pour chacun d’entre eux.

outlander-concours

Les marque-pages sont réalisés à la main, ils sont en velours et ornés d’un très joli cabochon fabriqué pour la marque dans un petit atelier artisanal bavarois (rien à voir avec les cabochons dégueulasses et troubles qu’on trouve sur les sites chinois au rabais), ainsi que de plusieurs petites breloques qui sont tout autant de petites allusions à des passages du livre et de perles de verre.

Voilà une belle idée de cadeau à offrir aux amoureux des livres ou à s’offrir soi-même, d’autant qu’Amy Janet décline ses marque- pages selon de nombreux thèmes et personnages  littéraires ou autour de  livres cultes :  Harry Potter, Le Hobbit, Jack l’éventreur, Orgueil et Préjugés, Game of Thrones, Cinquante nuances de Grey, et tant d’autres.

Le marque-page à gagner est le modèle Jamie Fraser Je suis prest qui est l’un des douze marques-pages de la collection Outlander d’Amy Janet.

 

amyjanet-jamie

 

 amyjanet-jamie1 amyjanet-jamie2 amyjanet-jamie3

Pour remporter cet article, deux solutions s’offrent à vous : soit concourir via le blog soit à partir de votre compte Instagram (dans ce cas, rendez-vous sur mon fil  Instagram pour prendre connaissance de la marche à suivre).

Si vous concourez ici, merci de :

  1. Aller visiter la boutique Etsy d’Amy Janet Bookmarks
  2. Laisser un commentaire sous cet article en inscrivant le ou les modèles de marque-pages de la boutique d’Amy Jane que vous préférez, de préférence avec leur lien (cela pourra être utile en cas de prochains concours) et n’oubliez pas d’utiliser un email valide afin que je puisse vous contacter en cas de victoire.

Je tirerai au sort le nom du gagnant parmi les participants du blog et ceux d’Instagram le mercredi 25 mai à minuit, et après ça il ne faudra pas me donner à manger sinon je me transformerai en Gremlins. Good luck les minots et soyez prest !

 

Acheter Outlander de Diana Gabaldon

*****

Vous aimez ce blog et vous voulez encore plus de guerriers en kilt sexy et de cadeaux formidables ? Vous pouvez l’encourager en donnant un euro ou plus :

tipeee

9 thoughts on “Sassenach !

  1. T’as commencé à regarder la série?
    (j’attends que tous les épisodes de la saison 2 soient sortis pour la dévorer comme j’ai fait avec la 1 y’a 6 mois)

    Sinon pour le concours je participe et mes modèles préférés de marque page c’est
    -Le protecteur
    -Celui du chat qui veut atteindre les étoiles
    – et un avec Jamie de couleur verte

  2. Il n’y a pas de coïncidences mais tout de même… un de mes collègues me dit  »tu devrais regarder la série Out Lander, je suis sure que tu aimeras » et là avant de la télécharger je me dis, tiens si j’allais sur le site dinosaure voire ses dernières lectures… du coup je vais pas télécharger la série mais plutôt acheter les livres !
    Avec de la chance je gagnerais peut-être le marque page qui va avec !

    voilà mes chouchous :

    Je suis fan de coquelicot donc :

    https://www.etsy.com/fr/listing/263814396/velours-favori-love-pavot?ref=shop_home_active_57

    Celui-ci fait magie noire-romantique:

    https://www.etsy.com/fr/listing/287744591/signet-de-velours-le-corbeau-nevermore?ref=shop_home_active_29

    Ceuli-là me fait penser à mon amie Laurie, qui m’a fait découvrir ton site et qui m’a offert  »Elvis Cadillac » de Nadine Monfils pour mon anniversaire le mois dernier:
    https://www.etsy.com/fr/listing/275813562/marque-page-elvis-le-roi?ref=shop_home_active_18

  3. je joue, parce que tes comptes rendus de lecture me plaisent à tous les coups, et parce que j’aime les hommes en kilt.

    j’aime beaucoup le corbeau, https://www.etsy.com/fr/listing/287744591/signet-de-velours-le-corbeau-nevermore?ref=shop_home_active_29

    jack l’eventreur https://www.etsy.com/fr/listing/264077242/velours-signet-jack-leventreur?ref=shop_home_feat_4

    et bien sûr elvis. https://www.etsy.com/fr/listing/275813562/marque-page-elvis-le-roi?ref=shop_home_active_18

    la bise

Commentaires fermés